1 460 vues
Montceau Sport - L'interview vidéo de Clément Turpin (Février 2017).

Clément Turpin : « J’ai une licence au FCMB depuis 1989 »

L’interview vérité de Clément Turpin

Montceau-Sport est allé à la rencontre de l’un des meilleurs arbitres que compte le Football Français. Une carrière, déjà exceptionnelle, pour un Montcellien pur jus. Portrait.


Pierluigi Collina disait, « Le football n’est pas un jeu parfait. Je ne comprends pas que les gens veuillent que l’arbitre le soit. » Une phrase hautement symbolique, prononcée par l’un, si ce n’est le, des meilleurs arbitres de Football de la planète. Cette introduction, voulue par ma part, sur le manque d’indulgence offert au monde de l’arbitrage à l’heure du Foot Business, contraste avec le flegme, le Self-Control et la droiture des arbitres de haut niveau de notre si beau pays. Et Clément Turpin, licencié au FC Montceau Bourgogne depuis 1989 jusqu’à encore aujourd’hui, en est le plus bel exemple. Point de carriérisme dans ses propos ou attitude, toujours cette même volonté de respecter le jeu et de progresser dans l’exercice de sa fonction.



Seul arbitre Français à l’EURO

Né le 16 mai 1982 à Oullins (69), Clément signe sa première licence au FCMB à l’âge de 7 ans. Club qu’il ne quittera plus, tout au long de sa riche carrière, marquant bien là, la fidélité de l’homme. Notons par ailleurs qu’il a été le seul arbitre français choisi pour officier lors de l’EURO 2016 l’été dernier en France. À l’heure où l’arbitrage français cherche son second souffle, il est celui qui semble prendre le relais de l’ancienne génération des « Michel Vautrot, Gilles Veissière  et consorts ». Dès décembre 2009, il est désigné arbitre international FIFA, pouvant se targuer d’être le plus jeune Français de l’histoire à connaître pareil honneur.


« En tout cas, j’ai toujours été au club », Clément TURPIN.


Nous sommes allés à la rencontre de Clément Turpin, jeudi dernier au matin, deux jours avant l’ouverture officielle du site « Montceau-Sport.com« . Il nous a chaleureusement reçu dans son bureau, au siège de la ligue de Bourgogne de Football à Montchanin. Un moment d’échanges très amical avec un Montcellien qui monte. Connu médiatiquement, reconnu par la profession, Clément se livre pour Montceau-Sport au cours d’une interview improvisée et où la langue de bois n’a pas sa place. Montceau, sa jeunesse, sa carrière et comment se protège-t-il. Rien n’a été omis. Retrouvez dès demain l’interview Vidéo Intégral. En voici quelques extraits :


Résultat de recherche d'images pour "unaf bourgogne franche comté"


INTERVIEW (Extraits)

Montceau-Sport : Bonjour Clément, si on te dit Montceau et Football, qu’est-ce qui te vient à l’esprit ?

Clément Turpin : « Ma jeunesse pour commencer, mes premières licences de footballeurs, au stade des alouettes avec mes potes, c’est mes premières pensées. L’essence même du jeu. Avant d’être arbitre, j’ai été comme tout le monde, à savoir un joueur de foot, comme des millions de pratiquants en France. Et mes premier pas, je les ai fait ici, à Montceau. L’aventure a commencé à Montceau. »

M.S. : Quand as-tu commencé l’arbitrage ?

C.T. : « J’ai commencé l’arbitrage en 1996 je crois. J’avais 15 ans, mais la particularité que propose la Fédération, c’est de pouvoir mixer les deux. J’ai eu la chance de ne pas avoir de faire de choix, à savoir jouer ou arbitrer. Je ne serai peut être pas là à vous répondre, si j’avais opté pour la carrière de joueur (rire). J’ai fait les deux pendant quatre ou cinq ans, ça faisait des week-end sacrément chargés mais c’était un moment de ma vie très instructif. »


« Pour être arbitre, il faut aimer profondément le jeu… »


M.S. : Tu es toujours licencié à Montceau (FCMB) et depuis quand ?

C.T. : « Oui. J’ai pris ma première licence au FCMB en 1989 si mes souvenirs sont bons. Ma première licence d’arbitre sur la saison 1996/1997. Je suis toujours resté au club depuis 1989, je l’ai vu évolué, je l’ai vu vivre des succès, vivre aussi des moments difficiles. Finalement c’est aussi ça la vie. Être là dans les bons comme dans les mauvais moments. Aujourd’hui, j’ai beaucoup de plaisir à rester en contact, à revoir les gens, qui sont là aussi depuis des années et des années. Et cette histoire commune pour moi, c’est quelque chose qui a un sens. »

M.S. : Que penses-tu de l’ouverture d’un site comme Montceau-Sport.com ?

C.T. : « Je crois qu’il faut oser faire des choses. Et une phrase que j’avais entendu : « il faut mieux appliquer une solution qu’on a maintenant tout de suite, que d’attendre le lendemain (sic) ». Parce que ce n’est que, éventuellement. Je pense que les initiatives, il faut les prendre, il faut avancer. Moi, je souhaite plein de bonne choses, plein de réussite, à ce nouveau support, à ce nouveau site. À lui maintenant de faire ses preuves et de montrer qu’il a toute sa place dans ce paysage de la communication sportive. Il n’y a rien de pire que l’immobilisme, en tous les cas, c’est une position que je défends. Aujourd’hui tout va très vite avec les différents supports de communications possibles, et ce site vient coller à la réalité de cette technologie, à cette réalité de vouloir une information très vite. Je souhaite bonne chance et succès à Montceau Sport. »


*La suite de l’entretien complet en vidéo, dès demain sur notre site.


Par Ailleurs – Retrouvez l’interview vidéo de Turpin


 Mustapha Sofi. © Montceau Sport